Expo Foujita au musée Maillol à Paris : « Peindre dans les années folles »

Jusqu’au 15 juillet 2018 au Musée Maillol – PARIS 7° –

affiche expo Foujita

A l’occasion du 50e anniversaire de sa mort, le Musée Maillol revient sur le beau parcours du peintre Foujita, l’artiste parisien le plus dandy des années Folles, dans une exposition jusqu’au 15 juillet 2018.

Cette belle exposition, (plus de 100 tableaux et aquarelles pendant les années 20), inédite de par le nombre de pièces du japonais Foujita rassemblées, revient sur l’activité artistique du peintre japonais à Montparnasse de 1913 à 1931, lui qui a quitté son Japon natal pour expérimenter les grands courants modernistes (le Cubisme, le Dadaïsme, l’Expressionnisme) à Paris.

 

Tsuguharu Fujita Léonard Foujita, est un peintre, dessinateur et graveur, naturalisé français d’origine japonaise, également illustrateur, céramiste, photographe, cinéaste et styliste, né le à Tokyo (Japon), et mort le à Zurich (Suisse).

Inscrit aux cours de français dès l’école primaire, Tsuguharu étudie la peinture de style occidental aux Beaux-Arts de Tokyo, il obtient son diplôme en 1910 et n’a qu’une idée en tête : aller à Paris. En 1913, il s’embarque finalement pour Marseille et débarque à Paris dans le quartier Montparnasse.

Sa première exposition personnelle chez Chéron en juin 1917 est un triomphe ; il expose 110 aquarelles dans un genre mi japonais, mi-gothique que Picasso admire. En 1918, le poète et marchand polonais Léopold Zborowski entraîne Soutine, Modigliani et sa femme, Jeanne Hébuterne, avec Foujita et Fernande à Cagnes, pour s’abriter des bombes et vendre leurs peintures dans les palaces de la Côte d’Azur. C’est un moment fort pour Foujita qui peint avec ses deux amis pendant tout un été et qui rencontre Auguste Renoir juste avant sa mort.

Très rapidement, en particulier après ses trois premières expositions personnelles, Foujita connaît la gloire. Il est de tous les Salons de peinture, non seulement à Paris mais aussi à Bruxelles, en Allemagne, aux États-Unis et au Japon ; son nom et les photographies de ses exploits illustrent de nombreux articles de la presse nationale et internationale.

Le succès de Foujita tient à son style tellement original et novateur qui le situe à la frontière de l’Orient et de l’Occident, dans un registre où il excelle. Ses sujets, de préférence occidentaux, sont dessinés avec sobriété et minutie sur des fonds ivoire de sa fabrication, qui lui permettent de déposer un fin et vigoureux trait noir et des couleurs à l’huile transparentes et légères. Foujita remet en vigueur un second « japonisme ». Ses tableaux de femmes, d’enfants et de chats entrent dans les plus grandes collections.

Dans les médias parisiens, Foujita incarna vite la modernité et la libre-circulation des idées grâce au Japonisme, lui le japonais dandy (lunettes rondes, fine moustache encadré par une lourde frange brune) si installé dans Paris.

Infos pratiques

Musée Mayol – 59 rue de Grenelle – PARIS – 7° –

Téléphone : 01 42 22 59 58

Pour les curieux : http://museemaillol.com/fr/foujita

 

4 Comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s